Fleete

Fleete

 

La représentation collective d’une péripatéticienne est linguistiquement parlant souvent guidée par le souci de ne pas heurter les sensibilités, jo nìt schockiere , mais de dire les choses autrement, sans forcément appeler un chat un chat.

Dans le domaine scabreux de la prostitution, le sens « prostituée » arrive souvent en 2e ou 3e position, évoqué par des termes qu’on pourrait qualifier d’imagés ou d’euphémismes.

Ainsi e Fleet(e) est d’abord une flûte, ensuite seulement une catin, tout comme e Flìnt(e) , un fusil. Très amusant est Gaba , tiré du français cabas, qui évoque aussi une coquette ou une gourgandine. Si Püd (d) el évoque effectivement le caniche, il désigne aussi la prostituée, soit parce qu’elle se balade avec son toutou, soit parce que sa coiffure évoque ses boucles. Il est proche de Tschüpp , qui signifie touffe de cheveux, toupet ou chevelure ébouriffée, le verbe tschüppe signifiant saisir ou tirer par les cheveux. Dans sa forme pronominale, s ich tschüppe , a le sens de « se crêper le chignon. » Mais en 3e lieu, e Tschüpp évoque aussi une prostituée.

Si l’on parle de Fagere ou Fajere , on pense d’abord à une balayeuse et au verbe fage ou faje. Mais en fait, on évoque une femme avare, voire une femme de mauvaise vie.

Que penser de Mahre , la jument ou la rossinante, sinon que son 3e sens est catin. Et il y a aussi le peu connu Schleife ou Schleifi qui est le châssis en bois de la herse, ou une pièce de métal sous la roue de la charrette, servant au freinage, et au final aussi une gourgandine.

Quand vous entendez parler de Rìcke , vous pensez d’abord au dos, ensuite peut-être au diminutif de Frédérique, mais qui va penser à une prostituée ?

E Làschter est un vice, mais aussi une femme aux mœurs dissolues. Ce terme est proche de Lüeder , femme dévergondée, tout comme e Züppel.

Dans le Sundgau, Chrärze désigne un panier d’osier ou une hotte. Au pluriel, ce sont des bretelles. Le 3e sens est un chargement de bois, le 4e au sens familier et péjoratif : une gourgandine.

À cette liste un peu aseptisée, s’ajoutent tous les termes qui évoquent le sexe de la femme : Dundi , Dütti , Futz , Nütti , Pfànne , Schlanz , Schnack , Schnàtte.

Pour finir, appelons un chat un chat et évoquons le très vilain Hüer , putain, ainsi que le composé Hüerebiwela (Colmar) ou Hüerebibalé (Sundgau) qui est une éruption cutanée au visage attribuée à une maladie vénérienne. Les débauchés, d Hüeresäckel ou Hüereveegel n’en sont pas toujours exempts.

 

Edgar ZEIDLER

 - Retour - Zruck -