Bsetzt

Bsetzt

B setzt est à double sens. D’une part, bsetzt signifie occupé, par ex., quand on va aux WC et qu’on trouve porte close, la personne sur le trône dira : « ’s ìsch bsetzt !  » Mais quand on dit de quelqu’un, ar ìsch bsetzt , c’est une façon polie de dire qu’il est « gros », l’équivalent en français serait « enveloppé ». Autres périphrases empreintes de courtoisie et d’un brin d’humour : ’s fahlt em nit ou ar ìsch vollschlànk.

Mais revenons à dìck , qui signifie gros, gras, mais aussi épais ou dense  : e dìcks Büech , un livre épais ou e dìcki Soß(e) , une sauce épaisse, tandis que e dìcke Nawel est un brouillard dense. Si de Marguerite, on dit : s Gritti hät e dìcke Büch , on veut dire par là qu’elle est enceinte, tandis que e dìcki Hütt hà , c’est avoir la peau dure, qualité essentielle si l’on veut se lancer en politique.

L’expression : es füschtdìck hìnter de Ohre hà (Hochdeutsch : es faustdick hinter den Ohren haben ) signifie être malin, rusé. Associé à Luft , dìck prend encore un sens différent : ’ s ìsch dìcki Luft , l’atmosphère est tendue, ou en plus imagé, il y a de l’eau dans le gaz. Le lait caillé se dira dìcki Mìlch/Mìlich. Au second degré, dìck prend encore un autre sens : der Güschti ìsch mìr z’dìck chu/kumme, j’ai trouvé Gaston un peu trop grossier. Dans le même ordre d’idées, dìck rede/redde signifie parler grossièrement.

N ous quittons le registre courtois dès que nous évoquons des adjectifs comme feist : e feisti Saui , une grosse truie au sens propre, et au sens péjoratif, une grosse vache ; d Feisti ou d Feiste étant l’obésité. Attention au sens de : hem(e) lig feist. Si l’on vous dit de quelqu’un : dàs ìsch e heimlig Feiste , on fait allusion à un type plus riche et rusé qu’il n’en a l’air et qui cache bien son jeu. Quant à gschwulle ou gschwolle , au sens de « enflé gonflé », il devient très péjoratif dans la phrase : Ìn Àmerikà sehsch ìmmer meh Gschwolleni uf de Stroße , aux États-Unis, tu vois de plus en plus d’obèses dans les rues.

Pour finir, le poète que je suis doit absolument éviter d’écrire dans un style ampoulé, gschwolle schriwe.

 

Edgar ZEIDLER

- Retour - Zruck -