Baap

 

Baap

L’adjectif baap / paap signifie étanche, comme dans l’expression, dàs ìsch nìt baap, ce n’est pas étanche. Son origine a longtemps été une énigme pour votre serviteur. Wohar kommt dàs Wort ? Apparemment rien à voir avec Bàpp, la bouillie. Son synonyme dìcht et les composés wàsserdìcht, étanche à l’eau, et lùftdìcht, étanche à l’air, ne sont pas très répandus et proches de « dicht » en allemand. Non, baap qui se dit ghaab à Strasbourg, semble être de l’alsacien authentique. Alors comment le comprendre ? Tout simplement en le rapprochant de Bapp ou Bëbb, la colle. (cf. Martin et Lienhart pages 66 et 67). Un synonyme de Bapp / Papp est Liim. Coller peut se dire bappa / bëppe ou liima. Dans le Sundgau, on a aussi chleiba, variante phonatoire de klawa (68), et klëwe (67).

Il faut donc se représenter baap / paap, comme le résultat de deux parties bien collées, güet zamma(ge)bappt pour que le tout soit étanche, züe(ge)bappt. La proximité phonétique de Bàpp, bouillie, n’est sûrement pas anodine, puisque ce met est collant. Attention cependant à ne pas dire dans ce cas klawrig, qu’on réservera aux effets du miel ou de la confiture. Ainsi klawrigi Fìnger hà, avoir des doigts collants, est souvent le résultat d’une gourmandise enfantine.

Revenons à bappa (68) ou bëppe (67). Au sens figuré, ebberem eini bappa, signifie en coller une à quelqu’un. Mais dans l’expression : dàs kàsch à d Wànd bappa, le sens est différent. En effet, par là on veut évoquer un mensonge. Expression équivalente : dàs ìsch gloga ! Tout comme dër bëppt (67) ou da bappt (68) a le sens de : ceci est un gros mensonge ! À Strasbourg, quand on dit : Dër kànn ànbëppe wie e Tàpezierer, cela correspond à la tournure à Mulhouse : da liagt wia gedruckt, il ment comme il respire. Bref, ebberem eini uffbappa n’est pas à prendre au sens propre, mais signifie mener quelqu’un en bateau.

Quant à la glu, extraite de l’écorce de houx, Stachpàlma (Mulhouse), Stàchelpàlm (Strasbourg) et des baies de gui, Haxakrüt, elle servait notamment à prendre de petits oiseaux, Vegala / Väjeler à des bâtons ou planchettes enduits de glu, les gluaux, d’où les termes Vöjel-Liim (Strasbourg), Vogel-Liim (Mulhouse) et Vojl-Liim (Colmar).

Attention, à l’aube des municipales, aux faux sondages qu’on pourrait qualifier à Colmar de Wähler-Liim, librement traduit par « attrape-électeurs-nigauds ».

Edgar Zeidler

- Retour - Zruck -