Bàmbellüri

 

Bàmbellüri

Bàmbellüri ou Bàmbellüra est un terme bizarre, composé de bàmbla, pendouiller, et Lüri ou Lüra, boisson insipide. Ce terme très imagé évoque donc une boisson particulièrement insipide, contrairement au fameux Felsaspranger, le tord-boyaux. Cela peut être un jus de chaussette (café), qui est à Strasbourg e Blambel. Mais c’est aussi une piquette, a Rachapùtzer, un mauvais vin, a Bübbri, ou un bouillon fade ou une sauce trop claire. Le composé Lürakìwwel (Colmar) ou Lürachìbel (Sundgau), est le seau à piquette d’une part, et le sobriquet de nombreux villageois comme ceux de Hochstatt, Illfurth, Jettingen, Rädersdorf, Rumersheim et Tagsdorf. Sans doute des localités où les vins n’étaient pas de grands crus ! Quant à Lürawatter ou Lürwatter, c’est un temps où il pleut comme vache qui pisse. Attention à ne pas confondre avec lüra, guetter, synonyme düla, et d Lür, dans l’expression, uff der Lür sì, être aux aguets. (en allemand : auf der Lauer sein). Par extension, a Bàmbellüri désigne aussi un individu mollasson.

Bambelìwàsser est dans le Sundgau un terme générique pour tout breuvage insipide. A Bambel désigne un battant de cloche, un pendule ou un balancier et a Bambelì (Sundgau) ou Bambala (Colmar) est au sens premier la vrille de la vigne et au sens figuré, un individu lent et indécis. L’adjectif bambelig ou bàmbelig ou encore bamberlig correspond à quelque chose qui pendille, pend mollement en se balançant. Au sens figuré, il a le sens de « lent, irrésolu, indécis. » Quand on dit : mìr ìsch’s bamberlig, c’est qu’on est pris de vertige, peut-être affaibli par un jeûne. En tout cas, on a l’estomac vide, mer hàt a laara Màga. Un synonyme de bamberlig est gankelig. Un terme apparenté à notre champ lexical est bambera, tomber, dégringoler, qui semble en voie d’extinction. On connaît mieux kèia en Haute Alsace et fàlle ou stìrze en Basse Alsace.

Edgar Zeidler

 - Retour - Zruck -